Dépression : des symptômes à la prise en charge Antidépresseurs et dépression

Les antidépresseurs permettent de soulager les symptômes de la dépression. Comment agissent-ils ? Quelles sont leurs limites ?

Les antidépresseurs permettent de soulager les personnes déprimées en diminuant les symptômes associés, à savoir : tristesse, manque d'énergie, fatigue inexpliquée, culpabilité...

La dépression s'explique en effet biochimiquement par une mauvaise transmission de messagers nerveux (la sérotonine, la dopamine et la noradrénaline) au niveau des neurones du cerveau. Justement, les antidépresseurs permettent d'améliorer la communication nerveuse. En fonction des symptômes de la dépression, de l'efficacité ou de l'échec de tel ou tel médicament antidépresseur prescrit dans le passé, le médecin peut proposer un traitement antidépresseur dont le mode d'action est le plus adapté à chaque situation.

En raison de la complexité des mécanismes d'action des antidépresseurs, il faut souvent attendre 3 à 4 semaines avant d'en ressentir les effets bénéfiques.

Antidépresseurs : limites et risques

Les antidépresseurs sont uniquement réservés aux dépressions diagnostiquées par un médecin et ne peuvent être prescrits pour faire face à une petite déprime passagère. Par ailleurs, en cas de dépression, la prescription d'antidépresseurs doit être encadrée et sous le contrôle d'un psychiatre lorsqu'elle est de longue durée.

Les antidépresseurs sont très efficaces pour soulager les symptômes de la dépression, mais ce ne sont pas pour autant des "pilules magiques". Il est souhaitable de suivre en parallèle une psychothérapie afin de soigner également les causes de cette dépression. Car en cas d'arrêt du traitement et en l'absence d'une approche analytique, les symptômes peuvent revenir.

antidépresseurs et dépression.
Antidépresseurs et dépression. © Wavebreak Media Micro - Fotolia.com
Et les effets indésirables ? Ils sont variables selon les médicaments. Les plus courants sont la perte de vigilance, la somnolence et l'excitation. Par ailleurs, l'arrêt brutal d'un antidépresseur peut provoquer des symptômes tels que des nausées, des vertiges, des cauchemars, une irritabilité et même un syndrome grippal. Il faut toujours se référer aux indicationx du médecin. C'est lui, qui décide d'un changement de traitement lorsque le patient présente des effets indésirables. Il peut donc proposer un antidépresseur dont l'effet thérapeutique est similaire mais dont les effets indésirables sont différents. Dans tous les cas, l'arrêt doit être progressif et préparé avec le médecin. Il se déroule habituellement sur quelques semaines. Si, pendant cette période d'arrêt progressif, les symptômes réapparaissent, il est nécessaire de consulter immédiatement son médecin qui proposera habituellement de reprendre le traitement à la dose efficace.
 A savoir : le médecin peut prescrire en début de traitement un médicament anxiolytique pour diminuer les angoisses associées à la dépression. Il s'agit d'une prescription temporaire. De fait, les anxiolytiques ne doivent pas être pris pendant plus de quelques semaines. Au-delà, leur action est diminuée et le risque de dépendance physique est réel (ce qui n?est pas le cas avec les antidépresseurs).

 

Sommaire