Cigarette électronique : enfin une étude !

Alors que la cigarette électronique séduit de plus en plus de fumeurs, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) lance une première étude nationale pour mieux connaître ses utilisateurs.

Cigarette électronique : enfin une étude !
© MiriamDörr - Fotolia.com

La cigarette électronique est-elle seulement utilisée par les fumeurs ? Quels sont les principaux utilisateurs ? Combien y-a-t-il de vapoteurs en France ? Quelle est leur fréquence de consommation ? Quelle est la teneur en nicotine des e-cigarettes ? C'est pour répondre au mieux à ces questions et mieux cerner l'impact de ce phénomène en France, que l'Institut national de prévention et d'éducation pour la Santé (Inpes) vient de lancer la première étude nationale d'envergure sur ce sujet. Les raisons d'utilisation, et notamment le lien avec l'arrêt ou la diminution du tabac, seront également analysées.
Selon le Pr Dautzenberg, Président de l'Office français de prévention du tabagisme que nous avions interrogé lors d'un précédent dossier, on peut actuellement observer deux grands types de comportements chez les vapoteurs : les fumeurs qui souhaitent arrêter de fumer naturellement et les fumeurs qui ne sont pas du tout dans une démarche de sevrage mais qui sont séduits par l'idée d'expérimenter un nouveau produit. "Ce qui est séduisant, c'est que la e-cigarette apporte de la nicotine mais tout en étant moins toxique que le tabac (pas de CO, pas de particules, etc.). En quelque sorte, c'est une façon plus propre de se droguer", analysait le tabacologue.
Les résultats de ce baromètre qui seront rendus publics au troisième trimestre 2014 permettront d'en savoir plus. Reste qu'à ce jour, les cigarettes électroniques ne bénéficient pas des mêmes évaluations scientifiques en termes d'efficacité que les substituts nicotiniques étant donné le manque de recul que l'on dispose sur leur utilisation. Les experts semblent penser que le remplacement du tabac par l'e-cigarette devrait en théorie contribuer à la réduction des risques chez les fumeurs dépendants.

Lire aussi