Cigarette électronique : ce qu'il faut savoir Vos avis sur la cigarette électronique

La e-cigarette fait de plus en plus d'adeptes parmi les fumeurs qui souhaitent en finir avec le tabac. Passage en revue d'avis d'utilisateurs, globalement conquis.

Pistache31, 53 ans et fumeuse depuis l'âge de 13 ans, ne parvenait pas à arrêter de fumer malgré des problèmes de santé cardiovasculaires.
"Je n'ai jamais pu arrêter avec les patchs ou les chewing-gum. Je pensais ne jamais pouvoir arrêter hélas. La e-cigarette est arrivée juste à point. Je n'ai pas fumé depuis 4 mois et demi, je n'en ressens pas l'envie et l'odeur des cigarettes me dégoûte. J'ai retrouvé souffle, odorat, goût. Je peux enfin monter mes 5 étages sans ascenseur sans aucun problème, je n'ai plus de micro malaises ni de cœur qui s'agite pour rien ou qui ralenti pour rien.
J'en arrive aujourd'hui à oublier ma e-cigarette durant des heures, chose qui était impossible quand je fumais. J'ai commencé par 16 mg de nicotine, puis 12 mg et maintenant je vais passer à 9 mg. Mon but : zéro nicotine mais sans douleur, sans manque et à mon rythme."

Nathalie, fumeuse depuis 30 ans, grosse fumeuse (40 cigarettes par jour), a décidé de tester la cigarette électronique à la demande de son époux non-fumeur.
"J'ai commencé la vape avec un taux de 18 mg de nicotine et après avoir progressivement baissé ce taux au fil des mois, je vape maintenant la majeure partie du temps sans nicotine ou en 2/3 mg.
J'ai retrouvé du souffle, mes ongles et mon teint ne sont plus jaunes, ma maison et moi ne puons plus, j'ai pleinement retrouvé ma vie sociale et mon époux est ravi ! Moi aussi d'ailleurs... ; o)"

Même constat pour Lisa.
"J'ai testé la cigarette électronique il y a un peu plus de 2 mois. Des amis de la famille en étaient équipés. J'ai été surprise de leur réaction, eux qui fumaient beaucoup plus que moi, étaient conquis et adieu le tabac. Je me suis rendue en boutique où j'ai eu des conseils, et j'ai pu tester ce qui pourrait me convenir.
Résultat ? Un peu plus de deux mois après avoir commencé l'expérience, aucun manque de cette vraie cigarette (je suis à un dosage de 8 mg de nicotine) et le tabagisme passif me dérange. Maintenant je comprends la réaction des non-fumeurs... Oups..."

Sophie, fumeuse depuis l'adolescence et qui n'était jamais parvenue à arrêter de fumer, enchaînant rechutes sur rechutes. C'est à l'occasion d'un départ en vacances qu'elle a essayé la cigarette électronique.
"J'ai testé la cigarette électronique parce qu'après plusieurs arrêt et rechute, je me suis rendue compte que je me passais vite de la nicotine mais que dès qu'un stress trop important se faisait ressentir l'envie de fumer venait... La solution de la cigarette électronique (peut-être nocive mais moins nocive que mes blondes) semblait me convenir. J'ai choisi un modèle avec voltage réglable et un parfum pomme, pour me rappeler le goût du tabac à narghileh que je fumais occasionnellement.
Même si la gestuelle n'est pas semblable, c'est pour moi un bon substitut."

Sommaire