Cigarette électronique : c'est quoi ?

Depuis l'interdiction de fumer dans les lieux publics, la cigarette électronique s'est développée en tant qu'alternative à la cigarette classique, dont elle revêt l'apparence. Des centaines de milliers de personnes en consommeraient en France. Mais au fait, qu'y-a-t-il à l'intérieur ?

Cigarette électronique : c'est quoi ?
© Miriam Dörr - Fotolia.com

D'extérieur, la cigarette électronique ressemble beaucoup à la cigarette classique et permet ainsi de simuler l'acte de fumer. Comment ça marche ? La cigarette électronique fonctionne à l'électricité et contient donc une pile (lithium ou cadmium). Le tube contenant cette pile se visse sur la cartouche, à l'intérieur duquel se trouve un liquide. Entre les deux, l'atomiseur a pour rôle de convertir le liquide en brouillard. Ainsi lors de l'aspiration, la solution présente dans la cartouche s'échauffe et la vapeur d'eau produite est inhalée par l'utilisateur. A l'extrémité de la cigarette se trouve une diode qui simule visuellement la combustion. La vapeur produite, aussi appelée "fumée artificielle", ressemble à la fumée produite par la combustion du tabac. Elle se compose de propylène glycol ou de glycérol, de divers arômes (arôme de tabac blond, brun, de fruits, de bonbon, de pomme, etc.) et parfois de nicotine.

Si la e-cigarette contient moins de substances toxiques que la fumée de cigarette et en particulier pas de goudrons, elle n'a pas fait la preuve de son innocuité. Au contraire, des publications scientifiques récentes mettent en évidence de possibles répercutions, dues à la vapeur inhalée, sur les voies respiratoires. Une étude grecque récente a notamment montré que l'utilisation des e-cigarettes était suivie d'une moins bonne oxygénation des poumons. Par ailleurs, comme pour la cigarette classique, consommer des cigarettes électroniques peut induire une dépendance, pour toute quantité de nicotine (même minime) contenue dans les cartouches.  

Reste que chez les gros fumeurs (un ou deux paquets de cigarettes par jour), il y a tout lieu de penser que la démarche de remplacement des cigarettes industrielles par des e-cigarette constitue une réduction de risque.

A noter qu'aucun fabriquant n'a à ce jour déposé de demande d'autorisation de mise sur le marché en tant que médicament, relève l'agence. Les cigarettes électroniques ne peuvent pas non plus être vendues en pharmacie car elles ne figurent pas sur la liste des produits qui peuvent être délivrés par les pharmaciens.

Sources : Agence du médicament (ANSM), 7ème Congrès de Pneumologie, février 2013.