Boulimie : comment diagnostiquer et traiter ce trouble du comportement ?

Les patientes souffrant de boulimie ingèrent périodiquement une grande quantité de nourriture dans un laps de temps très court. Comment diagnostiquer correctement cette maladie et lui apporter une réponse thérapeutique adaptée ?

Boulimie : comment diagnostiquer et traiter ce trouble du comportement ?
© runzelkorn - Fotolia.com

La boulimie est un trouble du comportement alimentaire qui touche environ 1,5 %à 5 % des femmes aujourd'hui. Les patientes souffrant de boulimie ingèrent périodiquement une grande quantité de nourriture dans un laps de temps très court. Comment diagnostiquer correctement cette maladie et lui apporter une réponse thérapeutique adaptée ?

 Les manifestations typiques de l'accès boulimique
L'ingestion frénétique de nourriture dans des proportions largement supérieures à la moyenne est le marqueur de la boulimie. Mais ce n'est pas le seul. L'accès boulimique est soudain et compulsif témoignant d'une perte de contrôle. Il se déroule dans un temps bref, en cachette et généralement en dehors des repas, et s'inscrit dans une visée précise : la perte de poids. La crise est suivie de vomissements provoqués, qui peuvent devenir automatiques une fois le trouble installé, sachant que la prise de laxatifs est également caractéristique. Un sentiment de malaise ou de dégoût de soi-même ponctue l'épisode et des douleurs abdominales parfois violentes peuvent également se manifester.

 Validation du diagnostic
Le diagnostic du syndrome boulimique dépend étroitement du désir de soins de la personne et de l'accompagnement dont elle bénéficie pour se décider à consulter. En présence des symptômes décrits ci-dessus, le médecin valide le diagnostic en fonction de plusieurs éléments : la fréquence des crises (en moyenne deux fois par semaine pendant trois mois) et une évaluation de l'estime de soi de la patiente (obsession du poids et des formes corporelles). Le diagnostic vise également à différencier la boulimie des troubles boulimiques (pas de vomissements), et d'autres troubles des conduites alimentaires : anorexie mentale, hyperphagie (suralimentation non compulsive) et comportement boulimique au niveau des boissons.
 Comment la boulimie est-elle traitée ?
L'hospitalisation est rare et n'intervient que dans les formes graves avec complications (ex : complications dentaires, œsophagites). Le traitement associe une psychothérapie avec prise d'antidépresseur (si nécessaire) et la mise en place d'un suivi nutritionnel et diététique.

Repères
*Trouble du comportement affectant environ 3 % de la population
*Sujets à risques : adolescents et jeunes adultes
*Associations d'aide aux patients : Enfine, Association française pour le développement des approches spécialisées des troubles du comportement alimentaire.