Le baclofène bientôt reconnu pour traiter l'alcoolisme ?

Prescrit hors AMM pour combattre la dépendance à l'alcool, le recours au blacofène fut jusque-là contesté. Il devrait prochainement bénéficier d'une première reconnaissance officielle.

Le baclofène bientôt reconnu pour traiter l'alcoolisme ?
© Subscription - Fotolia.com

Autorisé depuis les années 70 en tant que décontractant musculaire, le baclofène devrait se voir accorder une recommandation temporaire d'utilisation (RTU) d'ici la fin du mois. C'est ce qu'a indiqué, ce lundi, le directeur général de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits (ANSM, ex Afssaps). La RTU est une mesure prise par l'ANSM qui permet d'encadrer des prescriptions non conformes à l'autorisation de mise sur le marché (AMM) lorsqu'il n'existe pas d'alternative thérapeutique appropriée et que le rapport bénéfice/risque du médicament est présumé favorable. Cette première reconnaissance de la molécule, dans le cadre d'un traitement contre l'alcoolisme, permettra ainsi aux médecins de prescrire le baclofène de manière officielle tout en assurant le suivi des prescriptions et des effets indésirables. A savoir que le médicament a déjà été délivré officieusement à près de 50 000 personnes dépendantes à l'alcool, et ce hors AMM. Des chiffres en augmentation de 29 % l'an passé, selon la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM). Le baclofène avait en effet été révélé en 2008, lors de la parution du livre Le dernier verre d'Olivier Ameisen, cardiologue et anciennement alcoolique qui y raconte comment l'administration de ce médicament lui a permis de devenir indifférent à l'alcool. Ce médicament fait actuellement l'objet de 2 essais cliniques, lancés en avril et octobre 2012, qui visent à vérifier son efficacité et dont le but est d'obtenir une AMM pour le traitement de l'alcoolisme.
En France, l'alcool est responsable de près de 49 000 décès chaque année. On estime à 1 million et demi le nombre de personnes qui en sont dépendantes.

Source : AFP, juin 2013.

Lire aussi :