Alcoolisme : dépendance et traitements

Boire un verre à l'apéritif, pour un mariage, un départ... Les occasions ne manquent pas pour consommer de l'alcool. Mais comment s'installe la dépendance à l'alcool ? Comment savoir si on est alcoolique et comment traiter l'alcoolisme ?

Alcoolisme : de l'habitude à la maladie

En France, on estime à 5 millions le nombre de personnes qui ont des difficultés avec l'alcool. L'alcoolisme serait responsable de la mort de 50 000 personnes chaque année. Zoom sur une petite habitude qui se transforme vite en problème.

Alcoolisme : une installation sournoise

L'alcoolisme souffre de plusieurs idées reçues, et il est souvent associé à l'état d'ébriété. En effet, nombreuses sont les personnes qui pensent que leur consommation d'alcool n'est pas excessive dans la mesure où elles ne se sentent pas ivres. Or, le propre de la problématique alcoolique est de s'installer de manière sournoise : le consommateur ne ressent plus les effets de l'alcool et n'a pas le sentiment d'être dépendant. Il arrive aussi que l'alcool soit utilisé afin de dissimuler une timidité maladive ou d'étouffer une souffrance psychique excessive. La dépendance s'installe alors rapidement puisque l'alcool devient le seul moyen, pour le consommateur, de faire face au stress de la vie quotidienne.

Alcoolisme : une norme oubliée

Repas de famille, pot de départ, soirée arrosée..., les occasions de boire de l'alcool sont nombreuses, et le consommateur pense souvent être dans la norme. Mais cette norme, quelle est-elle justement ? Le seuil d'une consommation responsable défini par l'Organisation mondiale de la santé est de trois verres d'alcool par jour pour un homme et de deux verres par jour pour une femme. Il est également recommandé de ne pas boire plus de quatre verres d'alcool au cours d'un même événement.

Alcoolisme : quand la santé trinque

Si l'alcoolisme peut prendre différentes formes, les conséquences médicales sont, quant à elles, identiques d'une problématique alcoolique à l'autre. Cancer, cirrhose du foie, accident vasculaire cérébral..., telles sont les maladies auxquelles s'expose celui/celle qui consomme de l'alcool régulièrement et en trop grande quantité. Alors, oui pour trinquer, mais pas au détriment de sa santé !

Actualités

Dossiers