Alcool : dans quelle région boit-on le plus ?

La carte géographique des pratiques addictives en France vient d'être publiée par l'Inpes. Voici les principales tendances de consommation d'alcool, de tabac et de drogues.

Alcool : dans quelle région boit-on le plus ?
© Fotolia.com

Les Bretons boivent-ils plus que les Alsaciens ? Les Parisiens sont-ils les plus gros fumeurs ? Pour répondre à ces questions, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) a comparé les comportements addictifs dans chaque région par rapport à la situation nationale ainsi qu'avec le panorama dressé en 2005. Trois grands résultats se dégagent de cette étude. Tout d'abord, l'Inpes note que les Français consomment de l'alcool de façon moins régulière (ils sont 11 %, contre 15 % en 2005) mais atteignent plus souvent un état d'ivresse. Autrement dit, la tradition de l'apéritif quotidien semble disparaître au profit des alcoolisations festives. Les Français boivent donc moins souvent mais en plus grande quantité. La fréquence des ivresses dans l'année a ainsi augmenté de 4 points et concerne 19 % des 15-75 ans au niveau national. Qui plus est, la moitié des régions présente des niveaux d'ivresses significativement plus élevés qu'en 2005. Et c'est en Bretagne que les niveaux d'ivresse sont les plus élevés : 28 % des Bretons ont connu une ivresse dans l'année et 15 % en ont connu trois, soit près du double de la moyenne nationale. En revanche, la région Nord-Pas-de-Calais ne présente pas du tout le même profil : les ivresses y sont les moins fréquentes de France mais c'est une des régions où l'on continue à boire plus volontiers quotidiennement.
Autre résultat marquant, concernant cette fois-ci le tabagisme qui progresse en France par rapport à 2005 : près de trois Français sur dix sont des fumeurs quotidiens en 2010. Côté drogues illicites, l'étude de l'Inpes pointe notamment une stabilité de l'usage du cannabis, même s'il est encore expérimenté par 32 % des 15-64 ans. C'est en Ile de France, région où l'on boit et où l'on fume moins qu'au niveau national, que le cannabis est paradoxalement le plus souvent expérimenté (35 %).
Pour finir, notons que le Languedoc Roussillon apparaît comme LE mauvais élève. La région cumule en effet les mauvais points quels que soient les indicateurs, alcool, tabac, cannabis et même cocaïne.

Retrouvez l'ensemble des résultats, région par région, sur le site de l'Inpes.

Lire aussi

EN VIDEO : les pratiques addictives en France