Addiction et dépendance : comment s'en sortir ? Des prises en charge psychologique et médicale indissociables

la prise en charge psychologique est indispensable pour apaiser le patient.
La prise en charge psychologique est indispensable pour apaiser le patient. © dacasdo - Fotolia

Les dépendances, à un produit ou à un comportement, entraînent des modifications du fonctionnement du cerveau. Ces modifications peuvent être réversibles ou pas.

La première prise en charge est médicale afin d'évaluer les effets que la dépendance a causé sur l'organisme et sur le cerveau. Les médecins peuvent donc mettre en place un traitement médicamenteux pour traiter les symptômes conséquents à la prise de substances mais aussi ceux qui sont dus à l'arrêt de la consommation (symptômes de manque).

Intervient ensuite la prise en charge psychologique qui a pour but de traiter les troubles psychiques dus à l'addiction mais aussi ceux dus au manque et d'apaiser le patient sur le plan mental. Ensuite, patient et médecins tentent de comprendre les raisons qui poussent à la prise de produits ou au comportement dépendant pour éviter que la consommation ou l'activité ne soit reprise dès la sortie de l'hôpital. Le patient doit comprendre pourquoi il est dépendant pour stopper son comportement addictif.

Un sevrage sans douleur

Le plus souvent, lorsqu'on parle de traitement des addictions, on pense au sevrage et aux symptômes de manque. Pourtant la réalité est autre : "C'est essentiel de faire la différence entre le sevrage et l'abstinence, explique le Dr Lowenstein. L'addiction n'est pas une faute pour laquelle il faut souffrir pour en sortir ! Neurologiquement c'est le contraire, plus le sevrage mis en place sera difficile et moins il sera efficace. Il est donc indispensable d'assister médicalement le sevrage pour qu'il soit efficace, comme toutes prises en charge de douleurs. On ne dira plus jamais à une femme qu'il faut à tout prix qu'elle accouche sans péridurale, c'est la même chose en addictologie."

Sommaire