E-cigarette : le ni oui ni non

Interdiction de vapoter au travail. © Pixinoo - Fotolia.com

"Il ne faut pas confondre cigarette et cigarette électronique : il vaut mieux vapoter que fumer. Tout ce qui peut aider les fumeurs à arrêter est bon à prendre, y compris la cigarette électronique", a déclaré la ministre de la Santé. Avec un bémol quand même. "Pour un jeune qui n'a jamais fumé, la cigarette électronique peut devenir une porte d'entrée vers le tabagisme." La publicité pour les cigarettes électroniques sera donc, excepté sur les lieux de vente, limitée puis interdite définitivement à partir du 20 mai 2016. Par ailleurs, il sera interdit de vapoter dans certains lieux publics : les écoles, les moyens de transport collectif ou encore les espaces de travail. 

Alors que la plupart des spécialistes reconnaissent désormais que le vapotage est pratiquement inoffensif et que la consommation de cigarettes est nettement en recul depuis l'arrivée des cigarettes électroniques, on peut s'étonner qu'on n'encourage pas davantage les fumeurs à passer à l'e-cigarette. Rappelons que selon une enquête de l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT), un à deux millions de Français utiliseraient quotidiennement la e-cigarette, très majoritairement comme moyen de sevrage. Et si les 15-34 ans seraient les plus nombreux à l'expérimenter, ils se contenteraient en réalité de la tester, contrairement aux plus de 35 ans, davantage enclins à en faire une habitude régulière.