J'ai arrêté de fumer grâce à l'hypnose Reprise du travail sans cigarette

au travail, il faudra résister aux pauses-cigarette.
Au travail, il faudra résister aux pauses-cigarette. © Yuri Arcurs - Fotolia.com

Trois semaines que je ne fume plus. Pas une cigarette. Je dors très mal, mais j'ai économisé près de 100 euros. Je m'achète une jolie paire de chaussures pour me récompenser. Il me reste quelques jours avant la reprise du boulot et je décide de voir mon généraliste pour cette histoire d'insomnie. Il me félicite et me dit que la méthode choisie pour le sevrage tabagique importe peu à partir du moment où elle atteint son objectif. Il me prescrit un somnifère à très petite dose pour m'aider à m'endormir avant de reprendre le travail.

Je me pèse à nouveau, la balance indique deux kilos de moins. Le docteur me prévient : elle n'est peut-être plus très juste, mais je n'ai certainement pas trop grossi. Comme je suis toujours en congé, j'en profite pour aller tous les jours à la piscine et je commence même à vraiment aimer ça. J'ai envie de cuisiner, de préparer des petits plats savoureux et ça ne sent plus le tabac chez moi. Je n'arrive plus à m'imaginer avec une cigarette à la main. C'est fou ce qu'on oublie vite.

Finalement je ne prends le médicament que la veille de ma reprise au travail, par sûreté. J'ai carrément du mal à me lever le lendemain et je me dis que je n'en prendrai que dans les cas extrêmes. En effet, mes nuits se passent mieux et j'ai l'impression de dormir profondément sans aucune aide chimique. J'arrive au bureau avec mes nouveaux habits d'ex-fumeuse. Car oui, j'en suis persuadée, même si j'ai encore de rares envies, je vais résister. Je dois me prouver que je suis capable de le faire et je le ferai.

Sommaire